Dépasser QGIS 3.4 dans les télécoms

L’avantage des jours de congés en confinement, c’est qu’ils permettent de rattraper un peu de retard. Par exemple, publier des articles sur ce blog… Mais aussi remettre à jour ses versions de QGIS ! Et c’est particulièrement vrai dans les entreprises ou pour de bonnes raisons (stabilité, développement in-house non réalisés sous forme de plugins), on se retrouve souvent avec des logiciel un peu datés. Si sur un certain nombre d’entre eux le périmètre fonctionnel est plutôt stable, ce n’est pas le cas de QGIS dont les features introduites sont nombreuses et intéressantes.

Quasiment toutes les entreprises des télécoms sont passées vers QGIS 3.4, mais beaucoup y sont restées. La LTR actuelle est la 3.10.5, et la version courante la 3.12.

Je suis preneur de vos retours et idées, n’hésitez pas à me pousser des usages ou fonctions que je n’aurais pas vues.

Pourquoi un BE télécom devrait passer à QGIS 3.10 ?

Morceaux choisis du changelog de 3.10 qui peuvent améliorer l’expérience.

Export GeoPDF

Malheureusement, il reste dans notre industrie des utilisateurs qui ne travaillent pas sur des bases de données, et selon les mauvaises langues, généralement chez les génie civilistes et les décideurs. Ceci dit, il y aussi de « bonnes raisons » d’utiliser ponctuellement du PDF :

  • les chargés d’affaire qui vont sur le terrain et qui doivent voir des plans sur téléphone ;
  • les échanges de données hybrides, quand on s’adresse à plusieurs publics (visualiseurs, mais aussi certains qui voudraient incorporer dans leur propres jeux de données) ;
  • 100 % des cas ou on envoie des PDF (notamment appels d’offre, communication, DOE).

Des tests terrain s’imposent, et ce d’autant plus que l’intérêt dépend aussi des compatibilités et fonctionnalités logiciel de lecture PDF utilisés.

Détails :

Facilitation des actes courants : export et sélections complexes

Pour faire le 12ème export (GeoPDF) d’une zone arrière de NRO, ou la n-ème recherche par filtre des PB qui sont sur une zone d’emprise donnée, deux petites modifications qui vont faire gagner du temps. Sur des actions « métier », des développements de plugins avaient déjà été certainement faits pour automatiser ces petites frictions, mais ça va dans le sens du citizen developper qui peut customiser ces outils.

C’est une très bonne chose de voir arriver ces réglages qui changeront également la vie des chefs de projets qui font du reporting (oui, les chefs de projet doivent utiliser QGIS).

image37

Détails :

Algorithme « Point to layer »

Un peu plus fin, et je n’ai pas encore eu l’occasion d’expérimenter. Permet de récupérer sous forme de couche une seule géométrie associée à un point. Je pense qu’il y a des usages intéressants avec deux types de scénarios :

  • Les actions que l’on ne pouvait pas automatiser car impossible à mettre en oeuvre avec le modeleur graphique car on avait pas les bonnes entrées. Sert aux traitements de base sur, par exemple, de la zone arrière de SRO / PBO pour ne donner qu’une idée.
  • Les utilisateurs commerciaux qui veulent faire des simulations sur de la maximalisation de potentiel avec différentes hypothèses de base sans passer par des développements ou des manipulations extrêmement fastidieuses.

En gros, du point de vue d’un développeur, c’est une sorte de pointeur. Et ça ouvre autant de possibilités que l’usage des pointeurs dans un langage de programmation.

Détails :

Gestion d’une dimension supplémentaire pour serveur WMS

Une autre fonctionnalité avec que je n’ai pas encore testée, mais qui peut sans doute avoir des cas d’usages intéressant dans une approche exploitation et suivi d’évolutions (d’ailleurs, son développement est sponsorisé par l’IFREMER). C’est le cas du temps qui est proposé en illustration, mais suivant les projets de déploiements à suivre, on pourrait sans doute imaginer d’autres cas d’usage (même si le temps reste une donnée clef).

Le retour en grace des Shapefiles ?

Comme le dit fort sobrement le changelog :

Regardless of where you sit on the Shapefile vs Geopackage battle, you’ll welcome this ability to de-clutter your folders and store shapefiles as a single file!

Peut être que c’est ce qui marchera finalement pour nous délivrer de l’enfer du SHP cassé dans les projets… J’ai personnellement essayé de pousser la solution des Geopackages, mais sans vrai succès tant la culture de la shapefile est forte. Espérons que cette première marche soit la plus facile (un avantage : elle rentre dans la formulation fichier de type « shape » des consultations et appels d’offres).

Détails :

Contribuons (et faisons contribuer nos entreprises) à QGIS et aux développements des logiciels libre en général

QGIS est un formidable outil pour le secteur télécom, et de très gros clients d’ESRI (les plus gros en France pour ne pas citer leur nom) sont en train de passer sur des infrastructures QGIS + PostGIS. Ces logiciels libres sont de véritables biens communs et permettent l’existence et l’innovation de nombreux acteurs dans toutes les filières. Il est important, pour pérenniser cette situation de contribuer via des heures de développement reportées dans code commun ou le subventionnement de fonctionnalités, au développement de QGIS. La ressource développeur est très tendue dans nos métiers, et on ne peut pas forcément donner du temps de développement ; il est par contre possible de soutenir le logiciel pécuniairement, et il y a des avantages qui sont assez démontrables (lien) via :

J’insiste sur ce point car je considère qu’il s’agit d’un devoir individuel de lobby collectif.

Pour finir, si vous avez déjà sauté ce pas, ou si vous êtes convaincu, vous pouvez vous préparer sur l’article suivant qui concernera les bonnes raisons de passer à QGIS 3.12 🙂

Je suis preneur de vos retours et idées, n’hésitez pas à me pousser des usages ou fonctions que je n’aurais pas vues.

Le béton connecté, en avance (de manière surprenante)

Une idée toute simple, qui pourrait exister sur de nombreux types fournitures :

  • BPEO : le plan de câblage à portée de main
  • Chambres (dont plastiques) : meilleure vue d’ensemble avec lien vers le SIG
  • Boitiers d’étages : pour éviter les bêtises en sous-traitance de rang n
  • Fourreaux : faciliter la pose et le contrôle d’occupation du GC

On en parle depuis longtemps, je suis surpris que cela n’existe toujours pas à grande échelle. Il me semble pourtant que c’est typiquement le type de chose ou le premier (d’une taille raisonnable) qui bouge est en mesure de faire basculer vers lui le marché / la norme…