L’Open Source dans le déploiement telecoms, pour demain grâce à Etalab ?

Conséquence de la loi pour la République Numérique (2005, principe de gratuité en 2015), le sujet de l’OpenData avance en France. Certes pas toujours aussi vite qu’on le souhaiterait, mais ce mouvement est une véritable lame de fond dont les effets se font déjà ressentir et qui est en passe de servir de support à une révolution de la manière dont les services sont rendus.

Extension logique, les développements réalisés pour le compte d’organismes de l’Etat devraient également être diffusés. Il y a eu plusieurs précédents (simulateur d’impôts, Parcoursup entre autres) mais pas d’initiatives aussi généralisées et passant pas une plateforme dédiée, même si une page contenant tous les liens vers les forges publiques est maintenue. Toutes les collectivités ne sont pas en concurrence, et il est illogique que Lyon paie pour ce qu’aurait déjà financé Paris (et une plus petite collectivité à plus forte raisons), et que des prestataires facturent plusieurs fois le même développement.

Etalab, la mission qui maintient data.gouv.fr a créée une nouvelle plateforme pour recenser et stocker tous ces logiciels : https://code.etalab.gouv.fr/fr/repos

C’est le début, et il n’y a pas encore grand chose (on est loin d’une approche basée sur une synchronisation de tous les GitLab des services de l’Etat), mais c’est déjà intéressant parce que ca nous donne une bonne idée de quels services sont les plus « ouverts ». C’est sans doute dans ceux là qu’il faut aller chasser les bonnes pratiques de transformation numérique du reste de notre administration.

Etalab, qui remplit décidément très bien sa mission, a mis en place un questionnaire qui permet en quelques questions de savoir si un logiciel est diffusable. Les clauses sont assez larges ; même dans le cas ou des briques sont sous licence, elles peuvent être enlevées tandis que le reste du logiciel doit être publié si il n’est pas vidé de son sens.

Il est disponible ici : https://guide-juridique-logiciel-libre.etalab.gouv.fr/#0

Et dans le domaine des télécoms ?

État des lieux : on ne trouve aujourd’hui aucune contribution dans le domaine télécom / génie civil, ni sur la liste des diffuseurs de logiciels ni sur la nouvelle plateforme d’Etalab.

Le déploiement de réseaux télécom est un grand consommateur de data. C’est aussi un énorme consommateur d’algorithmes, allant des configurations d’ETL aux requêtes SQL qui permettent d’automatiser des contrôles sur des bases, plugins QGIS divers et variés, scripts d’adaptation des PIT, outils de gestion de la documentation, outils de contrôles de routage, VBA de contrôles financiers, et sans doute beaucoup d’autres.

Ces outils sont certes présents chez les entreprises (et c’est un avantage stratégique pour ceux qui en ont de bons…) ainsi que chez les maîtres d’ouvrage dans le cas des RIP, ou à l’ARCEP ou chez d’autres contrôleurs / régulateurs / financeurs. Parmi ces derniers, beaucoup de structures publiques : en tout logique elle devraient publier leurs codes sources. Intérêts évidents :

  • Faire en sorte que d’autres collectivités ne paient pas plusieurs fois pour les mêmes outils, mais passent leurs budgets supplémentaires dans l’adaptation desdits outils ainsi que leur extension. Ce qui permettra de n’avoir que des projets public state of the art ;
  • Encourager les développements sur des socles sains et avec des bonnes pratiques de développement : évite les codes « poubelles » qui ne peuvent être réutilisés ;
  • Auditer fonctionnellement ces outils, notamment pour ceux qui ont un rôle contractuel ;
  • Plus de testeurs, plus de rapport de bugs, donc des outils plus robustes ;
  • Faire profiter à la filière de ces outils afin de produire collectivement les études (et les récolements) les plus aboutis possibles.
  • Et beaucoup d’autres, cf les argumentaires classiques de l’open source

Je suis à même de constater professionnellement la difficulté qu’ont les entreprises du secteur à travailler sur des formats « nouveaux », et l’impact financier sur certaines petites structures déséquilibre la filière entière tant elles ne sont pas a même de faire l’investissement nécessaire à l’usage de ce langage commun qu’est la base de donnée.

Facteur aggravant, GraceTHD v3 va sortir de manière imminente, et de nombreux outils du toolkit classique devront sans doute être revus avec cette nouvelle version dont les modifications structurelles sont assez importantes. C’est l’occasion de se préparer à faire des économies rapidement.

N’oublions pas que ce que nous vivons aujourd’hui avec le déploiement de la fibre optique préfigure le futur des travaux publics (le passage du monde Autocad vers le monde GIS en raccourci). C’est donc un sujet qui est d’ampleur nationale et qui est de nature à influer sur la compétitivité de nombreuses PME locales pourvoyeuses d’emploi sur tout le territoire.

Comment faire évoluer la chose ?

Nous pourrions réfléchir (et je vais attaquer rapidement à faire ma part) à une liste d’acteurs et donc d’applicatifs dont la diffusion pourrait être demandée.

La question qui se pose est celle de la liste des administrations à contacter, ainsi que des logiciels que l’on pourrait leur demander de diffuser. En effet, d’expérience, les « propriétaires de PI publique », comme on pourrait les appeler de manière générique, ne sont pas toujours enclins à livrer spontanément les données et codes sources. Qui dit absence de catalogue dit connaissance par contact… Et c’est là que nous pouvons collectivement faire quelque chose ; si vous travaillez avec des administrations vous savez quoi leur demander ; problème réglé !

En en discutant par mail, LinkedIn ou Twitter, on peut faire assez vite le tour.

Se pose bien sur la question du futur de ces codes sources, ou de comment faire vivre ces codes sources au delà de leur existence actuelle. Idées pêle-mêle :

  • Diffuser cette liste de logiciel auprès des parties prenantes : collectivités, conseils, entreprises du secteur, afin qu’elle soit utilisée au maximum ;
  • Faire en sorte que les entreprises qui utilisent aient aussi une démarche de contributeurs en fixant des bugs / mettant à jour des fonctionnements ;
  • On peut globalement espérer un développement de plusieurs briques autour de standards tels que Grace ou les plans Iti par exemple, qui fonctionneraient comme des communautés Open Source, voire gérées par un consortium, ou une commission d’Infranum, ou autre structure de la filière.

L’étendue des possibles dépasse bien évidemment le cadre de ce document et ne pourra être imaginé que collectivement ; mais il est certain qu’une des conditions favorisant le mouvement Open Source dans un domaine est la contribution significative d’un acteur qui fait le premier pas. Cet acteur pourrait être l’administration française.

Pour suggérer les codes sources manquants, on peut passer par le GitHub de la DISIC ou tout simplement contacter la structure en question, de manière individuelle ou via madada.fr.

Réponse anticipée aux critiques concernant la tendance à l’ouverture des données

Cette tendance de l’ouverture des logiciels du public n’a rien d’une exception française, ou d’un quelconque délire local et temporaire visant à empêcher les ESN et consultants de travailler comme on peut l’entendre. C’est un mouvement à l’échelle mondiale, un peu de lecture récente sur le sujet :

Quant à la crainte que cette initiative ne puisse se déployer largement à cause du fait que la plupart des prestataires de l’état commercialisent des codes sous licence, il faut agir en amont (et en urgence) : la commande publique peut et doit être utilisée comme un outil pour améliorer encore l’efficacité de l’action de l’Etat. C’est un sujet dont il faut se saisir, et un certain nombre d’actions existent dans ce domaine comme les Trophées de la commande publique qui peuvent certainement être mis à contribution.

On en parle ?

1 réflexion sur « L’Open Source dans le déploiement telecoms, pour demain grâce à Etalab ? »

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s